" En France, les Conseils Généraux sont formés par voie élective -enfin ! Par la même charte, le Roi a instauré la liberté de la presse.

Un tel mouvement se répercute-t-il à Bourbon ? Que nenni."

 

      Romancière historique résidant sur l'île de la Réunion , Pascale Moignoux s'attache dans ses romans à faire découvrir l'Histoire des îles de l'océan indien à travers des récits mêlant habilement personnages de fiction et personnalités historiques. Et c'est de nouveau le cas avec son ouvrage Journal d'un Franc-Créole, sous-titré Un franc-maçon à l'île Bourbon au XIXème siècle, paru chez Les Impliqués Editeur.

 

     Ecrit sous forme d'un journal intime rédigé entre le 1er mai 1830 et le 17 octobre 1833, ce récit soucieux de "toucher la réalité au plus près" est pris en charge par un narrateur instituteur qui fonde une institution privée d'enseignement afin de permettre une éducation et un enseignement aux enfants des quartiers au Vent à l'est de l'île, éloignés de Saint-Denis.

     Durant trois ans, on voit l'affrontement entre les grandes familles possédantes, maîtresses du pouvoir politique, judiciaire et bancaire, peu soucieuses d'entériner les changements induits par l'arrivée de Louis Philippe au pouvoir en métropole, avec les moyens et petits propriétaires, touchés de plein fouet par la crise économique et soumis à la toute-puissance des précédents.

    Soucieux d'en appeler à la conscience créole, défiant ouvertement le pouvoir en face, la mystérieuse Association des Francs-Créoles à  laquelle appartient le narrateur, va défier ouvertement le pouvoir en place et devenir un état dans l'état, porteur d'espoir et d'utopie constructive. Cette association va tirer sa puissance de la Franc-Maçonnerie à laquelle appartiennent nombre de ses membres.

     Même si le droit des esclaves n'évolueront pas avant 1848 et l'abolition due au frère Victor Schœlcher, même si le narrateur constate à la fin de son journal que les grandes familles aristocratiques n'ont rien perdu de leur puissance et que force est restée aux autorités en place, même si leur combat a pu être jugé timoré dans la fondation de réelles institutions novatrices pour l'île Bourbon et que leurs victoires en termes de représentativité électorale, liberté de la presse ou reconnaissance d'une spécificité coloniale leur ont été presque déniées, grâce à la lutte franc-créole une âme et une identité réunionnaises sont nées, se sont consolidées et perdurent.

     Au final, un livre permettant de voyager dans le temps et dans l'espace pour revivre de l'intérieur cette épopée fondatrice de la Réunion d'aujourd'hui qui permet de découvrir que sous tous les horizons et à différentes époques, les francs-maçons se sont levés pour combattre les dogmatismes et les intérêts particuliers pour promouvoir une société plus juste.

 

JOURNAL D'UN FRANC-CRÉOLE

Un franc-maçon à l'île Bourbon au XIXe siècle

Prix éditeur : 15,20 €