« Toute la souffrance du monde est là, en toi, car tu es à la fois tyran, esclave, saint, diable, femme, homme, voleur et volé, victime et agresseur... tu es aussi celui qui détient le pouvoir de tout changer et celui qui obéit sans broncher... »

 

      Franc-maçon aux multiples talents, Alain Subrebost revient aux éditions Detrad dans la collection Esprit Libre avec La Morale du Termite paru en avril 2015.

Sous-titré Petit traité d'éveil spirituel et social à l'usage des hérétiques, cet ouvrage pourra paraître dérangeant à ceux qui aiment à vivre dans un conformisme mou sans se poser trop, voire aucune, question.

     Citant Diderot en épigraphe, « La nature n'a fait ni serviteurs, ni maîtres, je ne veux donner ni recevoir de lois », Alain Subrebost ne se définit pas comme un anarchiste sans dieu ni maître mais comme un simple être humain étant à lui-même ses propres dieu et maître en nous invitant à prendre la route pour de nouvelles aventures sur le chemin de notre liberté intérieure. Et cela loin des sentiers battus, voire rebattus à nos oreilles, de « l'homo consommatus industrialo-priant-dépendant ».

     Démontant les lourdes ficelles qui justifient les pires systèmes d'enfermement de la liberté individuelle dans un style simple et loin de lourdeurs idéologiques qu'il dénonce comme autant de lendemains qui déchantent, Alain Subrebost fait avec La morale du Termite œuvre de salut public... et individuel.

Franc-maçonnerie La morale du termite

     Mais au fait, quelle est-elle cette fameuse morale donnant son titre à l'ouvrage du maître es-déconstruction-reconstruction ?

     C'est celle « de l'homme qui ne veut ou ne peut rien voir, rien critiquer, rien remettre en question, l'état de celui qui abdique son autonomie au profit d'un eforce extérieure quelle qu'elle soit, la morale de tous ceux qui renoncent, de l'aveugle fonctionnaire qui ne travaille pas mais fonctionne ». Celle de l'esclave préféré de la société, nourri du « prêt à formater, à philosopher » et qui vit du « prêt à exister ».

     Et s'il fait la gloire de la reine et de la termitière tout ensemble, « enjeu politique, économique, social, indistriel, religieux », il ne vit pas en congruence avec lui-même bien que bénéficiant d'un pouvoir dont il « pourra se servir que lorsqu'il aura retrouvé sa singularité, son principe d'humanité ».

     Dès lors, pour ne pas succomber à cette morale qui empêche l'être de se manifester pelienement au détriment de l'avoir, il faut déconstruire les briques qui nous enferment, subvertir le système qui nous fait être d'heureux termites pour parvenir à l'éveil conduisant non à une révolution toujours illusoire mais à une évolution débarrasée des effets égocentriques de nos habituelles personnalités en devenant lucides sur ce qui nous enchaîne et en proposant une éducation qui plutôt que de nous rendre adaptés à la demande de la société permettent à « nos enfants d['avoir accès  à la connaissance de leur être, de leur état mental, de la manière de gérer leurs émotions, leur cerveau, leur corps ».

     Vaste programme que l'humble pédagogue qu'est votre dévoué serviteur ne manquera pas de poursuivre dès la rentrée scolaire qui s'annonce.

 

     Pour en savoir plus et mieux, vous pourrez retrouver Alain Subrebost sur France Culture à l'adresse http://www.franceculture.fr/emission-divers-aspects-de-la-pensee-contemporaine-14-15-divers-aspects-de-la-pensee-contemporaine-2