Préfacé par Didier Convard, L'Ombre des Templiers, voyage au cœur d'une histoire de France secrète et mystérieuse, écrit par Christian Doumergue, déjà auteur du Secret Dévoilé chroniqué sur Lettres Maçonniques révèle une autre histoire en laquelle réside le profond magnétisme templier.

     Lorsque Philippe le Bel anéantit sauvagement les Templiers et fait conduire Jacques de Molay sur le bûcher de l'île des Juifs, prolongeant alors celle de la Cité,  le 18 mars 1314, il n'imaginait pas les faire entrer dans l'immortalité. Et faire que cet ordre hante encore les esprits et les imaginaires d' aujourd'hui comme le prouvent le succès de la saga vidéo Assassin's Creed, la production de récits des années 2000 évoquant l'univers des moines-soldats, la série des Marcas de Giacometti et Ravenne leur donnant notamment un rôle majeur dans Le Septième Templier (2011) ou le Temple Noir (2012). La BD n'étant pas en reste avec le succès du Triangle Secret (2000-2003) de Didier Convard ou le cinéma avec Benjamin Gate et le Trésor des Templiers de J. Turteltaub (2004) ou Le Dernier des Templiers de Dominic Sena (2011).

     Christian Doumergue montre dans son ouvrage ce que doit cette emprise de la figure des Templiers sur l'imaginaire occidental à l'abondante production littéraire dans le registre multiforme de l'ésotérisme et dans celui de « l'Histoire mystérieuse » qui se constitue dès le XVIIIème siècle en marge de l'Histoire « officielle » du monde. Les essais contemporains sur l'histoire cachée des Templiers montrent également que la disparition brutale de l'Ordre a inspiré rumeurs, légendes et traditions rattachées ici à des ruines, là à des noms de lieux jadis habités par eux et pour Christian Doumergue ce n'est qu'à travers l'Histoire littéraire de cette « souvenance templière » que l'on peut espérer expliquer pourquoi les moines-soldats hantent notre imaginaire. Car autour de l'histoire visible de l'Ordre s'est constitué une autre histoire où la frontière entre réalité et imaginaire s'estompe, le mythe possédant un pouvoir de fascination supérieure aux faits.

     Pour explorer cet univers si particulier, C. Doumergue consacre d'abord son étude à l'histoire de l'Ordre intitulée Grandeur et Misère des Templiers, avant de se plonger au cœur des survivances templières dans Les templiers ne meurent jamais » où sont évoquées les légendes des ruines, la « revenance » populaire des Templiers et le fantastique templier.

     Le Retour des Templiers revient sur les regards littéraires posthumes sur le procès des Templiers du XVIème au XIXème siècle et notamment les réhabilitations templières dans l'Europe « frénétique » de la fin du XVIIIème.

     Les Templiers et l'envers de l'histoire, évoque la littérature maçonnique du XVIIIème et les origines occultes de la franc-maçonnerie, notamment dans Le Manuscrit de Strasbourg de 1760, découvert au XIXème, intitulé Deuxième Section de la maçonnerie parmi les chrétiens et analysé par René Le Forestier dans La Franc-Maçonnerie templière et occultiste (Arché, Milan, 2003). Cette partie revient également sur les Illuminés, franc-maçons et Templiers dans la littérature conspirationniste et les héritiers des Templiers au XIXème siècle.

     Les Vues sur l'hérésie des Templiers permettent ensuite de faire le point sur la doctrine secrète des templiers, les réels rites de passage et les accusations stratégiques ainsi que sur l'héritage des hérésies gnostiques où sont évoqués l'Essai sur les accusations intentées aux Templiers, et sur le secret de cet ordre, avec u e dissertation sur l'origine de la franc-maçonnerie de Friedrich Nicolaï ( Amsterdam, 1783) ou le Mémoire sur deux coffrets gnostiques du Moyen Age, du cabinet de M. le duc de Blacas ( Paris, 1832). Une partie évoquant la rencontre allogène comme explication de l'hérésie templière où sont évoqués les liens possibles avec le Vieux de la Montagne et les Assassins mais aussi ceux avec les cathares.

Couvercle du coffret du duc de Blacas

 

     La sixième partie, Les Mystères Templiers, revient sur l'idole aux yeux d'escarboucle qu'est le fameux Baphomet, l'influence diabolique supposée, les templiers et les pratiques magiques dans la littérature occultiste du XIXème siècle, les chevaliers du Graal et les vues ésotériques sur les Templiers entre fin XIXème et milieu XXème à travers les œuvres d'Héléna Blavatski, René Guénon, Paul le Cour ou Maurice Magre. Avant de se consacrer à la littérature templière de la seconde moitié du XXème et d'évoquer Le Matin des Magiciens de Louis Pauwels  et Jacques Bergier (Folio, Paris, 2012), Trésors du monde enterrés, emmurés, engloutis de Robert Charroux (J'ai lu, 1972), Les Templiers sont parmi nous de Gérard de Sède (J'ai Lu, 1962).

     Les Forteresses du rêve évoquent en fin d'ouvrage les antres ténébreux où se rencontraient secrètement les moines chevaliers et où se sont incarnées les fantasmagories hérétiques. De la grotte des Fées à Bazoilles sur Meuse aux christs sans croix de Montgauguier et d'Eunate en passant par l'église de Bouxwiller, le prieuré de Marcevol ou les graffitis de Chinon et de Domme. Avec Gisors et d'autres lieux, c'est à un circuit en forme de pèlerinage de la France templière richement illustré que nous invite C. Doumergue.

Prieuré de Marcevol

 

     Entre fable et réalité, l'étude de nombreux mystères, l'analyse des mythes templiers dresse un tableau beaucoup plus complexe qu'on voudrait le croire et l'on ne peut enlever aux moines-soldats l'entièreté des énigmes les entourant. Les données historiques à disposition des chercheurs laissent entrevoir la possibilité que les Templiers aient ramené d'Orient des connaissances particulières et aient développé en conséquence certaines pratiques et croyances. L'historienne Simonetta Cerrini en étudiant le Manuscrit en langue d'oïl de la Règle et des retraits du Temple de la fin du XIIIème siècle a ainsi identifié dans des annotations marginales, décryptées aux ultraviolets, des formules de guérison de chevaux, en laquelle elle n'hésite pas à voir « la première véritable preuve de l'existence de Templiers-magiciens. Par ailleurs, un document d'archives mis à jour par Bernard Alart, archiviste des Pyrénées-Orientales en 1867 évoque un des templiers de Mas Déu, Raymond Carme, devenu maçon ou tailleur de pierre à Perpignan dans les années qui suivirent la disparition du Temple. Coïncidence ou trace tangible d'une continuité entre l'ordre des Templiers et une fraternité d'abord informelle qui allait se structurer en un nouvel oridre au fil des siècles ?

    Entre ombre et lumière, les Templiers attirent la part mystérieuse de nos êtres et invitent par-delà les siècles à percevoir la dimension spirituelle du monde...

 L'Ombre des Templiers

Les Editions de l'Opportun

20.90 €

 

 

Retrouvez l'auteur du Secret dévoilé et de L'Ombre des Templiers

sur son site officiel :

http://www.christiandoumergue.com/