Fuis mon amour ! Et sois semblable à la gazelle ou au faon des cerfs sur les monts des aromates.

Cantique des cantiques, chap.VIII, verset 14

 

     Marc Halévy, auteur de plusieurs ouvrages consacrés à la pensée hébraïque et à la kabbale, se livre dans Kabbale érotique et mystique, Le Cantique des cantiques à une exégèse roborative du plus petit mais non le moins méconnu des livres de la Bible. Chef d'oeuvre poétique ce texte est avant tout une oeuvre mystique où se noue l'Alliance entre l'âme humaine, symbolisée par la Shoulamite, et le Mystère divin, symbolisé par le Bien-Aimé, qui n'est Salomon qu'en trompe l'oeil.

     Pour Marc Halévy ces cent dix-sept versets, chiffre dont il donne une interprétation gématrique, répartis en huit chapitres, exalte une sensualité charnelle et décomplexée typiquement hébraïque et totalement étrangère à la pudibonderie que lui ont surajouté les traditions rabbiniques et chrétiennes.

     C'est la version de Patrick Calame situé au début de son livre en collaboration avec Franck Lallou, (Le Grand Livre du Cantique des cantiques, Albin Michel,  1999) qu'utilise Marc Halévy pour traduire au mieux l'exaltation du corps, de la chair, du plaisir  et de la jouissance, de la beauté et du désir si éloignée de l'austérité et de la moralité, de la culpabilité et de la chasteté où on ne trouve aucune pornographie, contrairement à certains passages bibliques sur la prostitution des femmes étrangères? mais des images gracieuses, soignées luxueuses et où les allusions érotiques, nombreuses, sont toujours de bon goût, raffinées, délicates.

     La tradition kabbaliste fait de ce petit texte biblique un de ses livres majeurs et le Zohar lui consacre un de ses livres. Les amours du roi et de la Shulamite invitent à imaginer un couple mystique comme héros des joutes érotiques et symboliques de ce poème. Ce couple pointe vers YHWH, transcendance absolue du divin, et sa parèdre, la Shékinah, symbolisant la présence divine , dans l'immanence absolue du divin. Le couple s'unit en Ein-Sof, le Sans-Limite, l'Un absolu sans second.

     Le Cantique devient le poème des amours, entre Couronne (Kether) et Royaume (Malkout), dans le jardin de la Beauté (Tiphéret), des amours de YHWH et Shékinah visant l'union intime et finale dans le Eyn.

     Pour le kabbalisme, le Salut se construit par l'étude et la Connaissance, dès ce monde, car il n'y a aucune immortalité de l'âme individuelle. La Connaissance est immortelle, comme la Vie (Shekinah) et l'Esprit (Yhwh) dont elle procède.

     Le début de prologue revient sur les quatre mots grecs  « éros, storgué, philia et agapé », désignant ce que nous traduisons pauvrement par « amour » et son équivalent hébreu « ahavah », AHBH, interprété par Daniel Halévy comme « manifestation du Divin doublement planté dans le Réel, au Ciel et sur Terre, mais où l'action devient force et la fidélité racine ».

     Marc Halévy poursuit en rappelant qu' « aborder l'Amour est une chose grave et difficile car ce concept, magnifique et banal pourtant, se déploie dans de nombreuses dimensions ». C'est pourquoi, il s'intéresse ensuite à ses différentes formes d'amour que sont celui de la femme, du Réel et de la nature et de Dieu.

     Un amour de la femme passant par une parfaite et totale et permanente bienveillance, désir de la joie et du bonheur de l'autre ou, comme le dit le Cantique : « Je suis à mon amour et mon amour est à moi ». Processus d'amplification mutuelle et réciproque où rien n'est acquis mais affaire d'effort, de volonté de patience et de courage. Projet où se joue une communauté de destins.

    Un amour du Réel et de la Nature nous obligeant notamment à la modestie et à une métanoïa pour nous débarrasser de nos idéaux, idéologies et idéalismes, pour vivre avec le monde et non contre lui, si l'on ne veut pas disparaître de la Terre à brève échéance, l'auteur lui donnant « trois ou quatre générations au plus ». A moins que l'on ne réalise « la réinsertion harmonieuse de l'homme dans la Nature et l'Amour de la Nature, dans le Réel et l'Amour du Réel tel qu'il est et tel qu'il va ». Quant à aimer Dieu, le Divin, il en va pour l'auteur d'une reliance par le Coeur et d'une résonance par l'Ame telle qu'on a pu la rechercher dans le yoga de l'Hindouisme, les méditations du Bouddhisme ou du Zen, l'érotisme du Tantrisme, le non-agir des Taoïsme, l'hésychasme de l'orthodoxie chrétienne, les rondes du Soufisme derviche, l’oraison du Catholicisme ou la guématrie du Kabbalisme.

    Une reliance par le cœur faisant taire l'Esprit intellectif et le Corps sensitif pour se laisser imprégner par le Réel, envahir dans la solitude et le silence, se vider pour se remplir à rapprocher des exercices de méditation zen. Une résonance de l'Ame se confondant avec les parfaites syntonie et synchronie entre l'accomplissement de soi et l'accomplissement du Tout, du Réel, de Dieu. En rompant avec le dualisme occidental du Moi et du Tout pour instaurer entre eux une dialectique de la convergence des Devenirs, dans le maintien de la bipolarité local/global entre le soi et le Soi. En accordant en permanence son action personnelle au flux des énergies cosmiques en soi et autour de soi, au flot du monde coulant vers son destin qui est aussi le mien. Marc Halévy voit dans le non-agir taoïste la doctrine se rapprochant le plus de cette approche.

    Alors, vous me direz, pour le livre le plus court de la Bible, une page déjà sur un prologue, c'est beaucoup. C'est parce que, vous l'aurez compris, cet ouvrage n'est pas consacré seulement au texte et à son interprétation kabbaliste verset après verset mais délivre également un appel à la sagesse et à la reliance du soi au Soi qu'aucun sage d'aucune tradition ne saurait renier.

Marc Halévy

     Le livre de Marc Halévy se compose ensuite en trois actes consacrés respectivement à l'organisation et au texte du Cantique des cantiques , à ses thèmes et principes dont l'Amante, l'Aimé, le Jardin, la Quête, la Soeur-Epouse, l'Eros, le Vin et l'Ivresse ou les Filles de Jérusalem, et à une partie plus exégétique du détail des versets dans Textes et Mots.

     L'épilogue, consacré au Quaternaire de la Spiritualité revient sur l'Amour de la Vie en vue de la grande Santé, l'Amour de la Nature en vue de la grande Beauté, l'Amour du Réel en vue de la grande Vérité et l'Amour du Divin en vue de la grande Unité.

     Au final, un ouvrage dense mais stimulant, à lire, lire et relire, où l'on comprend les liens unissant le Cantique des Cantiques à la voie du cherchant , kabbaliste ou non.

 

 

Kabbale érotique et mystique

Le Cantique des cantiques

Marc Halévy

Editions Dangles

20 €