« Et si Dieu n’était que l’ombre de lui-même, gnome imparfait, mais génial, source de toutes ses émanations, qui n’ont d’autre justification existentielle que de mener Dieu à son propre accomplissement. »

« L’avenir de la Franc-Maçonnerie sera mystique ou ne sera pas. Si elle ne quitte pas la Modernité et les « Lumières », elle mourra avec eux.

Si elle ne quitte pas les valeurs obsolètes de l’humanisme et de ses dérivés égalitaristes et humanitaristes, elle se sclérosera toujours plus et disparaitra. Elle emportera avec elle son trésor spirituel parce que ceux qui en ont aujourd’hui la charge et la responsabilité continuent de se griser avec les hochets de la satisfaction de soi et l’hédonisme ambiant »

 

 

    Le Grand Architecte dans l’Univers de Marc Halévy fait partie des livres d’exception qui vous emmène très loin dans la réflexion.

   Cet ouvrage dense s’abreuve aux trois sources de la Franc-Maçonnerie régulière : la tradition du Métier avec ses symboles et rituels, la source biblique, qui livre les concepts clés du Temple de Salomon et de l’architecte Hiram et la source rationnelle qu’offre le regard scientifique.

   Après un prologue faisant notamment le point sur le Grand Architecte, clé de voûte  de la Régularité et à la distinction entre mystiques et mysticismes, Marc Halévy développe dans une première partie les notions d’Ordre cosmique (entropique, chaotique, mécanique ou organique, d’Ordre maçonnique et d’Ordre biblique  avec des chapitres sur le Temple de Jérusalem de Maître Hiram, le Tabernacle ou Temple de la Rencontre et la structure architectonique de la Tente.

    La seconde partie de cette somme est consacrée à l’Architecte, envisagé sous son aspect cosmique, maçonnique (Hiram) et biblique (Betzabéel : fils d’Oury, fils de’Hour) avant une troisième partie évoquant les Matériaux cosmiques (matière, énergie, esprit), maçonnique (la pierre, le verre et le bois) et les matériaux bibliques (minéraux, animaux et végétaux) avant de s’achever sur le Travail, dans sa dimension cosmique (expansion, complexification et suractivation), maçonnique (apprenti, compagnon, maître) et biblique avec une réflexion sur la Libération (Pessa’h), la Révélation (Shavouot) et la Purification (Soukot).

    Marc Halévy donne des informations convaincantes, même au lecteur peu versé dans la physique des processus ou l’exégèse biblique hébraïque, sur la structure de l’univers, la conception du Grand Architecte et le rôle de la Franc-Maçonnerie dans une société en phase transitoire. Et si le GADLU est selon lui moins de que dans l’univers c’est parce que le divin que la Franc-Maçonnerie tend à faire atteindre par l’initiation, n’est pas une idée platonicienne éthérée et étrangère au monde, mais bien le Réel même du monde tel qu’il est et qu’il va, au-delà des apparences profanes.

    Avec une si grande maîtrise des sujets abordés, on ne pourra émettre que trois petits bémols : une petite diatribe à l’encontre du refus du communautarisme prononcée par  François Bayrou dont on ne voit pas l’utilité ici comme dans la société française d’aujourd’hui, l’affirmation du judaïsme de Montaigne ou de Christophe Colomb que les spécialistes ne confirment pas et une vision du christianisme un peu réductrice.

    Il reste au final, un ouvrage excellent par le retour aux sources bibliques et maçonniques et le voyage aux confins de la matière et de l’univers qu’il propose.

    A lire de toute urgence pour mieux comprendre l’univers qui nous entoure et dont nous sommes l’image, le Grand Architecte et les outils maçonniques et la source biblique à laquelle nous nous abreuvons sans en décerner toujours toutes les richesses et l’esprit sous la lettre.

Le Grand Architecte dans l’Univers,

Editions Oxus,

22 €