« Je ne suis d'aucune époque ni d'aucun lieu ; en dehors du temps et de l'espace, mon être spirituel vit son éternelle existence, et, si je plonge dans ma pensée en remontant le cours des âges, si j'étends mon esprit vers un mode d'existence éloigné de celui que vous percevez je deviens celui que je désire. »

 

    Cagliostro, L’Ultime Secret est un roman écrit à deux mains (si, si on n’écrit que d’une seule) par Emmanuel Razavi et Dominique Viano.  Hormis la profession des deux hommes, grand reporter pour l’un, journaliste, chroniqueur entre autres pour l’autre, la comparaison s’arrête là avec les jumOriginaleeaux français les plus connus du polar ésotérique.

 

    En effet, le héros Mathias Danglar, s’il est bien franc-maçon comme le commissaire Marcas, est quant à lui journaliste et le caractère, le rôle et le destin des femmes qui l’entourent sont plus déroutants que celles évoluant autour du policier français. Et il faut bien l’écrire, ses aventures aussi.

    Il n’en est pas moins vrai que les deux auteurs utilisent de nouveau les mêmes ficelles, un peu usées depuis les romans de Dan Brown,  consistant à changer d’époque et de lieu à chacun des courts chapitres parsemées d’action. En s’en démarquant cependant par des appels au lecteur comme « Nous n’avons pas encore pris le temps de l’expliquer au lecteur, mais Mathias avait été initié à la franc-maçonnerie quelques années plus tôt » qui peuvent d’abord surprendre et déplaire mais contribuent aussi à l’originalité de ce petit livre qui se lit avec plaisir et où la sauce est moins délayée que chez de plus illustres aînés.

    L’histoire nous fait voyager de Barcelone au Libanet l'Iran en passant par la région parisienne et de l'époque d'Hiram à celle d'aujourd'hui en passant par le Moyen Age et le XVIIIème prérévolutionnaire à la recherche de l’ultime secret de Cagliostro, celui à la fois de la vie immortelle et des trous de ver découverts par maître Hiram, auquel Jésus fut initié, et qui fut partagé entre les francs-maçons et la papauté par l’entremise du poète perse Omar Khayyam.

    Mathias Danglar, échappant étrangement à un attentat en compagnie du mystérieux Alessandro de Balladur, serait l’élu attendu par les maçons et certains catholiques, pour une fois réunis,  mais redouté par les descendants iraniens et libanais de la secte des Assassins, associés quant à eux aux membres de la Thulé Gesellschaft de sinistre mémoire et de l’Opus Dei.

    Un roman qui comblera donc les amateurs de conspirationnisme et d’histoire secrète où l’on croise les chemins de Cagliostro, du comte de Saint Germain, du vice-président iranien ou des derniers papes.

    Ce livre, en plus de se lire vite et bien, ne multiplie pas inutilement les scènes d’action, qui n’en demeurent pas moins saisissantes, propose une galerie de personnages bien campés et propose une fin qui change de celle des classiques du genre…

   Un roman à  découvrir pour  ses qualités indéniables malgré quelques réserves et pour éviter de se jeter dans la mare des pavés d’une rentrée qui n’a de littéraire que le nom.

Cagliostro, l’ultime secret

Dhow Editions,  21 €

http://www.dhow-editions.com