Le Sermon du Tengu, un recueil de paraboles écrit par Issai Chozanshi, un samouraï du XVIII e siècle, compte parmi les grands classiques de la littérature sur les arts martiaux.

     Les histoires, qui mettent en scène des démons, des insectes, des oiseaux, des chats et de nombreuses autres créatures, peuvent paraître fantasques mais elles contiennent des enseignements essentiels qui offrent un aperçu des principes fondamentaux en oeuvre dans les arts martiaux.

http://img.manga-sanctuary.com/big/le-sermon-du-tengu-sur-les-arts-martiaux-manga-volume-1-simple-207640.jpg

     Budo Editions propose une version illustrée fidèle au texte original de Chozanshi donne vie à ces contes d'une manière captivante et immédiatement accessible. Pénétrées de la compréhension profonde de Chozanshi, du taoïsme, du bouddhisme, du confucianisme et du shintoïsme, les contes clarifient la nature du conflit, l'importance de suivre sa propre nature, le yin et le yang, le développement et la transformation du chi (l'énergie vitale), et la réalisation du mushin (le non-esprit). Pour finir, le lecteur captivé apprend de manière visuelle que la Voie du sabre est une voie qui favorise la connaissance de soi et conduit à la compréhension de la vie elle-même.

   L’auteur, Issai Chozanshi (1659-1741), était un samouraï, surnommé le taoïste des campagnes, du fief de Sekiyado dans l’ancienne province de Shimosa. D’après ses écrits, il semble qu’il appartenait à la classe des artistes et des écrivains, les bunjin, ou hommes de lettres. Ces hommes et ces femmes se tenaient en général éloignés de la vie publique, préférant passer leur temps à étudier différents arts martiaux ou d’autres, à lire, discuter et partager une coupe de saké avec des amis. Bien que Chozanshi nie posséder quelque connaissance dans l’    art du sabre avec l’humilité chère aux Japonais, il écrit dans sa postface :

    « Depuis l’âge de vingt ans, je me suis toujours intéressé à l’art (du sabre), et j’ai été influencé par des artistes martiaux. Je les ai interrogés sur l’intérêt de leurs techniques, j’ai expérimenté la transformation du chi, et j’ai tenté de remédier à ses maux. Je suis quelqu’un qui a entendu parler du principe et qui a cherché à se le démontrer à lui-même en usant de la technique de l’esprit. Si de temps en temps, je suis parvenu à une compréhension secrète sans qu’il y ait eu besoin d’en parler, je vais tenter de le mettre par écrit. »

    Le scénariste, Sean Michaël Wilson, Ecossais vivant au Japon a scénarisé de nombreuses bandes dessinées dont, chez Budo, Les 47 Ronins, Le Livre des Cinq Roues et Hagakure, Le code du samouraï.

   Michiru Morikawa est une illustratrice et dessinatrice japonaise de renom. Elle a remporté l'International Manga and Anime Award in Britain et nommée Best New Manga Artist par le célèbre éditeur de manga Kodansha.

Budo Editions (juillet 2014)  : 12.95 €