L’ouvrage de Francis Baudoux, La Franc-Maçonnerie est-elle une psychothérapie de groupe pour gens dits « normaux » ? s’inscrit dans la maïeutique propre à ce que devrait être la démarche maçonnique.

    L’auteur, psychiatre depuis 1965 et franc-maçon depuis 1967, a pourtant trouvé peu de frères ou sœurs soucieux de rassembler ce qui est épars, de pousser l’introspection du connais-toi toi-même jusqu’à se délivrer des névroses ou psychoses qui nous envahissent parfois plus ou moins consciemment et de vivre libéré selon le précepte du « meurs et deviens ».

  

    Pour Francis Baudoux, la démarche initiatique maçonnique est globale, holistique, et vise à transformer tout l’être, le décloisonner, l’élargir, l’intégrer et l’harmoniser au-delà de ses conditionnements, contradictions et contraintes.

    Une métamorphose procédant par niveaux dont le premier consiste à devenir un homme nouveau, meilleur, utilisant au mieux ses fabuleuses potentialités en les portant à leur niveau optimal de réalisation. Pour ce faire, une méthodologie s’avère pour l’auteur nécessaire. Savoir passer de la dynamique à la dynamite de groupe, traverser avec lucidité la « crise potentiellement initiante » à laquelle chacun de nous peut un jour se trouver confronté, accepter, décoder et comprendre le langage latéral et paradoxal de la « régression », se défaire de sa cuirasse corporelle et mentale et de notre peur du lâcher prise.

    On comprend que cette démarche où s’allient les outils de la psychothérapie et de la franc-maçonnerie ait pu déplaire à certains maçons et maçonnes peu soucieux de fouiller ou de dévoiler leur part d’ombre et d’ébranler leurs certitudes dans cette grande aventure de la déconstruction-reconstruction. Ce que l’auteur nomme « maçonnisation ».

   Un seul regret pour cet ouvrage : à l’instar d’autres maisons d’édition de textes maçonniques ou plus généralistes, coquilles, fautes d’accord, d’accent (secrète/ sécrète, à priori, à postériori), oublis ou ajouts de mots s’avèrent nombreuses.

Extrait :

«« L     « Le sens de cette vie, dont le questionnement, n’est pour certains, que chimère intellectuelle, luxe d’oisifs nantis ou jouissance compulsive de névrosés, jaillit tel un diable s’échappant de sa boîte réputée étanche. Elle sème souffrance, douleurs, doutes et questionnements.

Il peut alors devenir de plus en plus impérieux de trouver, en dehors de soi, de sa solitude et de son petit monde, un groupe ou une organisation fraternelle au sein de laquelle un ressourcement soit possible. La voie initiatique peut se présenter comme une manifestation de cette fontaine d’eau pure susceptible d’étancher une soif croissante que le der-des-der profane n’apaise plus.

La méthode permettant d’étancher cette soif, c’est à nous, entourés par la chaleur de la fraternité, de la découvrir, de l’assimiler puis de la rayonner. La maçonnerie peut nous apporter cette lumière qui va nous permettre de découvrir cette source blottie au fond de notre caverne secrète. Etancher notre soif et partager cette aubaine ».

Une aubaine à découvrir aux Editions Maçonniques de France au prix de 25 €.