« L’homme ne peut jouir de ce qu’il sait qu’autant qu’il peut le communiquer à quelqu’un. »
L’Icosaméron

 

    Le livre de Daniel Tougne, Casanova, un Franc-Maçon en Europe au XVIIIème siècle, paru aux éditions Trajectoire permet d’approcher de l’intérieur, et de l’extérieur, par un subtil enchevêtrement des voix de l’auteur et de Casanova qui fut tour à tour violoniste, écrivain, magicien (en escroquant notamment Madame d’Urfé en lui promettant une renaissance masculine), espion, diplomate ou bibliothécaire avant de finir au château de Dux, en Bohème où il acheva Histoire  de ma vie écrit dans ce français qu’il aimait tant sans le maîtriser toujours.

 

 

    Un ouvrage au rythme vif où l’on sent la passion de l’un pour l’autre et celle de l’autre pour la liberté, les femmes, l’amour et sa patrie, Venise, dont il fut banni après s’être échappé de la prison des Plombs où il fut enfermé pour libertinage, athéisme, occultisme et appartenance maçonnique.

    On suit ici Casanova à travers une Europe oscillant entre lumières, fanatisme et occultisme et où l’on voit le vénitien côtoyer le chevalier d’Eon, Cagliostro, le conte de Saint Germain,  Voltaire qu’il détestera cordialement avant d’avouer sur ces vieux jours à quel point celui-ci fut un maître à penser et même Mozart avec qui il aurait collaboré au livret de Dom Juan.

    Initié à Lyon en 1750, Casanova fréquente les loges de toute l’Europe : Espagne, Suisse, Belgique, Allemagne, Autriche, Russie, Angleterre ou  Hollande, et reste pendant ses quarante premières années en mouvement incessant. Il fréquente l’aristocratie, des joueurs invétérés comme lui, des larrons peu recommandables, multiplie les conquêtes amoureuses dans tous les milieux (142 femmes recensées), invente la loterie nationale en France pour remettre à flot la recette royale minée par la guerre de sept ans, contrôle la flotte royale à Dunkerque ou investit dans une manufacture de soie peinte dont la faillite lui vaudra de fréquenter de nouveau la prison.

    Rentré à Venise au bout de 19 ans en 1781, il se brouille en un an avec la noblesse vénitienne à cause d'un violent pamphlet contre le marquis de Spinola et en route pour Berlin, le comte de Waldenstein, franc-maçon, l'emmène à Dux où il demeurera jusqu'à sa mort.

 

    Un livre aussi trépidant quela vie de son héros, un Casanova brillant et plein de noirceur, riche et pauvre selon les circonstances, tour à tour, aussi égoïste que désintéressé mais toujours atachant et généreux.

Editions Trajectoire.

22 €

ISBN 9782841976225