« Je préfère avoir la gorge tranchée plutôt que de révéler nos secrets ».

 

     Pour une fois, laquelle ne sera bien entendu pas coutume, votre Mercurien préféré va se contenter, enfin presque, de recopier bêêtement une quatrième de couv’ comme disent ceux qui en sont. Et pourtant, la BD Fraternités de Camus et Rosanas aux éditions Delcourt mériterait, pour un premier pas un peu plus que du recopiage que certains - c’est promis, je ne citerai pas de nom- appelle bêêtement travail.

 

 

   Il faut dire à ma décharge que la préface de Didier Convard, chef d’orchestre de la BD Le Triangle secret, est si concise, complète et convaincante que je n’ai plus grand-chose à rajouter et que je vais de ce pas, de travers, me contenter de citer allègrement trois paragraphes présentant ce premier tome sous-titré 1792. L’ordre guillotiné :

    « Voici un des plus beaux exercices sur [le sujet de la fraternité]. Un récit d’une intelligence et d’une impartialité remarquables servi par un dessin magnifique de précision et de force, souligné par une couleur nuancée qui plonge le lecteur au cœur de cette période fiévreuse de l’Histoire de France. On y complote, ment, tue et aime. On y vote la mort d’un roi.

    Mais les auteurs ne nous dévoilent les travers de leurs personnages que pour lieux nous faire comprendre leur courage, afin de nous placer au centre de ce maelström de passions. A nous, lecteurs, de choisir notre camp. Il est si difficile de défendre la Liberté, de reconnaître une partie de soi en son prochain, de pardonner à son ennemi, d’offrir sa vie pour que l’avenir ne porte pas de chaînes.

    FRATERNITES nous propose une réflexion subtile sur la quête de l’Humanisme. Sur la Justice. Au travers d’une saga familiale, de la destinée d’un journal, des manœuvres politiques, des méandres d’une révolution sanglante, les auteurs ont si soigneusement caractérisé leurs acteurs que ceux-ci en deviennent des archétypes référentiels, gravant pour longtemps leur empreinte dans notre mémoire. »

    Alors, que nous reste-t-il à faire ? Tout simplement plonger dans ce premier épisode en attendant fin 2014 le second tome « La voix de la vérité » où nous retrouverons la famille Baudecourt et le puissant ministre de la Police, Joseph Fouché, qui noyaute et surveille les loges maçonniques pour utiliser le journal Fraternités et les francs-maçons comme soutiens sans faille à un certain Napoléon Bonaparte dont le sacre s’approche.

   Quant à celui de Fraternités, il est commencé dès ce premier tome qui consacre le scénario de Jean-Christophe Camus et le dessin de Ramon Rosanas maîtres du genre et nous fait voir la Révolution Française, Philippe Egalité ou Choderlos de Laclos sous un jour plutôt sombre.

 

A découvrir sans attendre les fêtes de fin d’année aux Editions Delcourt

ISBN 9782756028835

14.2 €