"Vous avancerez tous vers l'Orient, un Orient hors du temps et de l'espace qui vous reliera dans une véritable fraternité"

Hermann Hesse

 

    Les nouvelles du recueil Des plumes dans l'encrier maçonniques paru en juin chez Dervy permettent d'ouvrir la malle aux trésors de l'imaginaire maçonnique où se refondent les mythes, rites, symboles et légendes de la franc-maçonnerie.

     Réunies  à l'occasion du 2ème Salon maçonnique du livre et de la culture de Rennes des 6 et 7 avril 2013 sous l'égide de l'IMF Bretagne (délégation Ouest de l'Institut Maçonnique de France), ces  nouvelles ont vu trois lauréats couronnés et primés (les premiers du recueil) et huit autres auteurs contemporains sélectionnés par un jury présidé par Roger Dachez et comptant un certain duo connu sous le nom de Giacometti et Ravenne parmi quarante-quatre textes reçus.

     Si les trois primés nous livrent des textes de qualité à l'écriture aboutie, les autres auteurs ne sont pas en reste et l'on déplorera seulement un nombre de coquilles malencontreux dans deux nouvelles qui feraient se dresser les cheveux de notre estimé frère Jiri Prigram qui s'est parfois électrisé à moins.

     Il n'en reste pas moins que ce recueil, à découvrir d'urgence, mérite la peine d'être lu à l'ombre des acacias estivaux pour découvrir le talent de ses auteurs qui nous font voyager dans l'espace (de la Bretagne à Strasbourg en passant par Paris) et le temps (de l'ancienne égypte au monde d'aujourd'hui en passant par le XVIIIème siècle) à travers des thèmes, des intrigues et des formes d'écriture qui prouvent que maçons et maçonnes (ou appelé(e)s à le devenir) s'investissent dans des domaines de réflexion et d'imagination qui détonnent d'une production maçonnico-ésotérico-littéraire contemporaine parfois aussi fade qu'un champ de navets.

    Certes, votre dévoué Mercurien avoue sa sympathie pour les histoires de Corynn Thymeur ou de Stan Karko (O my beloved brother), lesquels sont déjà intervenus sur votre blog maçonnique préféré, mais son plaisir de lecture aura duré de la première à l'ultime page de ce recueil qui permet de voir de jeunes auteurs exprimer leurs divers talents et d'apprécier la bonne santé d'une littérature maçonnique dont les auteurs vivants ne sont pas tous morts.

    En attendant de les lire de nouveau, lors du prochain concours bisannuel en lien avec le salon de Rennes ou dans un autre recueil édité par Dervy ou les soins de votre serviteur, Le Mercurien souhaite bon vent à ces jeunes auteurs qui s'avancent eux aussi vers l'Orient littéraire.

    Merci à eux, aux responsables du Salon de Rennes et à un éditeur qui a su prendre des risques.

Et c'est ainsi que le Gadlu est grand.

ISBN 9782844549938

Dervy

15 €