Dans ses nombreuses lectures, multipliées depuis l'ouverture du blog il y a un mois et demi, Lettres Maçonniques a eu le plaisir de découvrir les deux premiers numéros des Cahiers de l'Ailleurs. Une revue écléctique de qualité, ce qui n'est pas une figure de style mais un constat devant la variété et la profondeur des articles que l'on peut y découvrir.

       Dominique Dubois, fondateur de la revue, a accepté de répondre à nos questions pour vous faire découvrir cette revue.

 

cover02

 

              L.M. : Quelle est l'orientation des Cahiers de l'Ailleurs ?

           Ce n’est pas une revue de « l’Étrange », si l’on se réfère au terme rapporté et défini par les littérateurs « institutionnels » des 18ème et 19ème siècles. Bref, la revue ne verse pas  dans le « Merveilleux » ou le « Fantastique. En définitive, la revue Les Cahiers de l’ailleurs n’est pas un produit de l’imaginaire. Je crois qu’en reprenant en bon compendium le texte inséré dans la première page de la dite revue vous aurez une idée plus précise de notre thématique :

 

            « Ces cahiers de l’ailleurs sont conçus dans un esprit libre et indépendant et s’adressent aux scrutateurs d’un « ailleurs », terme au premier abord vague mais qui prend tout son sens lorsque les différents auteurs évoquent, par le biais d’une recherche historique ou d’une réflexion métaphysique, un absolu, une spiritualité, un hermétisme, une gnose, une magie ou un occultisme, une poésie du « verbe » ou une œuvre illustrée… L’objectif culturel et œcuménique qui sous-tend « Les cahiers de l’ailleurs » se propose, pour un temps où une durée qui ne lui appartient pas, d’être l’écho vivant d’une petite minorité de cherchants ».

 

 

               L.M. : Comment est apparu et s'est concrétisé le projet d'une nouvelle revue ?

 

              Plusieurs points peuvent être ici mentionnés. Relevons-en l’essentiel.

 

a) L’apparition d’une revue, dite ésotérique, n’est pas le fruit du hasard. Un tel projet nécessite forcément une culture ésotérique, une maturité et une conscience qui ne peuvent s’acquérir qu’au fil des années, voire de une ou deux décennies. D’une certaine façon, la revue résulte de ma passion ou plutôt de mon engagement « intérieur » dans ce domaine. La lignée éditoriale était donc toute indiquée.

 

b) « Rendre l’occulte à la culture », tel était le pertinent et courageux slogan de Robert Amadou (1924-2006) dans les années 1970. En grandeur nature, ce noble slogan relève dans notre monde actuel de l’utopisme, et il me semble inutile dans relever les causes (ce qui demanderait un volume écrit). Mais à petite échelle, il existe des questeurs/ses de l’absolu qui sont désireux de faire partager leur connaissance. La revue répond, autant que faire se peut, à ces louables exigences. Elle offre ainsi l’opportunité aux quelques collaborateurs/trices d’apporter leur « pierre ». Toutes ces personnes font ainsi « œuvre utile ».

 

c) Le projet de fonder ou de diriger une revue découle aussi de mon expérience du passé. Pour information, je fus en 1996 le cofondateur d’une revue, Le nouvel Aeon, puis en 2008 le fondateur de Historia Occultae, une revue annuelle des sciences ésotériques.

 

 

L.M. : Quels sont les projets pour le numéro 3 et quand arrivera-t-il ?

 

            La revue est semestrielle. Le numéro 3 verra donc le jour en septembre 2013 et le numéro suivant en mars 2014… Dans le numéro 3, qui est pratiquement bouclé, on peut signaler un article sur Rûmi, écrit par une iranienne qui connaît bien le sujet, un autre sur une loge initiatique maçonnique, puis des articles sur l’alchimie (photo et documents inédits), un texte également intéressant sur le sens symbolique de La Petite Fadette de George Sand, un autre article écrit par un artiste peintre et poète sur Maître Eckart… Il y aura comme de us la rubrique des livres et des revues, des évènements… Une page des ex-libris ou des dédicaces, un chapitre de la poésie sur Hiram, puis enfin une page pleine (la première du genre dans la revue) consacrée au portrait du passé et sous forme de photo.

 

 

 Vous pouvez retrouver les Cahiers de l'Ailleurs

sur le site

http://www.lescahiersdelailleurs.fr/

 

 

Sommaire du N°2 :
 
 
Le vide s’observe …………. Shahla Moazzezzi
Le symbole de la Rose-Croix au sein de l’OKRC, d’après un manuscrit de Stanislas de Guaita …………… Steeve Fayadas

La langue des oiseaux, Georges Pérec, de l’alchimie du verbe à la permutation des mots…………. Richard Khaitzine

Le voyage initiatique chez François Rabelais ……….. Rémi Boyer

L’église gnostique – Histoire et révélations ……….. Pascal Cazottes

Le renouveau gnostique – Vers un World Gnostic Council, en 2015 ?………. Tau Sendivogius (Mrg Paul Sanda)

Livres Études (1909-1910) – La revue d’Edmond Bailly ………………. Denis Andro

Le gothique alchimique (deuxième partie) ….Walter Grosse

Chapitre de la poésie………. Xavier Cuvelier-Roy et Marc de Moulins