SIR ARTHUR CONAN DOYLE

 

 « J'aurai atteint mon but en somme

Si j'amuse en philosophant

L'enfant qui n'est qu'un petit homme,

L'homme qui n'est qu'un grand enfant. »

 

 

 

Sir Arthur Ignatius Conan Doyle, né en 1859 à Edimbourg, en Ecosse, et mort en 1930 à Crowborough dans le Sussex est un écrivain et médecin écossais. Il acquiert la célébrité en créant le détective Sherlock Holmes et son compagnon, le docteur Watson, ainsi que le professeur Challenger.

Ecrivain prolifique (52 nouvelles et 3 romans), il a également été l'auteur de livres de science-fiction, de romans historiques, de pièces de théâtre, de poésies et d’œuvres historiques.

Conan Doyle était lié à l'écrivain J.M. Barrie, créateur de Peter Pan.

C’est en 1885 alors qu’il s’établit avec sa jeune épouse à Southsea, près de Portsmouth, Hampshire, comme spécialiste des yeux qu’il commença des séances de tables tournantes au foyer du Général Drayson, professeur au Greenwich Naval College et un de ses patients.

Ces séances étaient expérimentales et Doyle fut critique envers les procédures et le rituel d’invocation, qu’il nomma « une farce ». Il remit également en question la probité intellectuelle des participants. Mais il était devenu accroché. En 1887, année où il devint Franc-Maçon, il rejoignit la  Society for Psychical Research, ce qui fut une véritable déclaration publique de son intérêt et de sa croyance dans l’occulte. C’est dans cet état d’esprit qu’il fut initié Franc-Maçon, le 26 janvier 1887, à la Loge Phoenix 257 à Southsea, Hampshire à l’âge de 27 ans.

Parmi les membres de la Phoenix Lodge, présents lors de son initiation était un certain Watson qui devint un ami proche de Doyle mais dont le nom ne paraît pas avoir servi de modèle à l’ami de Sherlock Holmes.

Le vrai Watson, contrairement à son homologue fictionnel, était diplômé de l’Université d’Edimbourgh en  1865 et servit 19 ans comme officier militaire du Consulat Britannique en Chine.

Il serait logique de supposer que Conan  Doyle entra en Franc Maçonnerie en attendant, voire espérant, découvrir des éléments du spiritualisme qui le préoccupaient désormais. Son parrain fut W. D. King qui deviendra Sir William David King, Deputy-Lieutenant pour le Hampshire, un homme public influent à Portsmouth qui fut élu maire de l’arrondissement à quatre occasions.

Doyle franchit rapidement les degrés. Le 23 février 1887, il fut admis au second degré et un mois plus tard, le 23 mars, il devint Maître Maçon. Il ne prit pas davantage de part active dans les affaires de la loge et s’en retira en 1889.

A cette époque, il avait déjà écrit des récits d’aventures et était sur le point de se consacrer à l’écriture. Son récit d’aventures Une Etude en rouge, où Sherlock Holmes apparaît pour la première fois, a été publiée en 1887 dans le Beeton’s Christmas Annual.

Un an après, son second roman, Le mystère de Cloomber,est totalement psychologique. On y découvre un brillant auteur excessivement logique écrivant sur le paranormal dans une étrange histoire confuse sur la vie après la mort de trois moines bouddhistes vindicatifs. Ce fut le premier roman avec des éléments spiritualistes. On peut se demander si, en écrivant ce livre, Doyle cherhcait une source spirituelle et l’inspiration dans le rituel maçonnique. S’il en est ainsi, il aura peu trouvé dans les cérémonies des trois degrés qui soit d’un intérêt pratique pour lui. Cela pourrait expliquer sa démission en 1889.

Cela ne fut pas néanmoins la fin de sa carrière maçonnique. Il assista à des tenues en tant que maçon sans loge et rejoignit sa loge en 1902. Il reçut également des honneurs variés avant son ultime retrait de la Franc Maçonnerie en 1911. Ce furent les circonstances d’une existence remplie et excitante ainsi que la nature de l’homme qui expliquent le mieux son implication aléatoire dans l’Art Royal…

 

La suite prochainement sur votre blog Lettres Maçonnes.